ACTUALITÉPOLITIQUE

Constitution: les juniors entreprises se prononcent et font des propositions

La Confédération des Juniors Entreprises Entreprises du Togo (CJET) a organisé une rencontre d’échange ce mercredi 10 avril 2024 à Lomé. La séance a offert une tribune pour réfléchir et débattre de manière constructive autour de la récente adoption de la nouvelle constitution ainsi que pour formuler des propositions visant à son amélioration. Par la même occasion, la CJET a invité tous les acteurs à œuvrer pour des élections apaisées.

La rencontre s’est déroulée autour du thème: « Séance d’échange constructive sur l’actualité politique dans notre pays: Contribution des juniors entreprises du Togo pour un développement durable.

Tout d’abord, la CJET a salué la relecture de la constitution sur demande du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé mais aussi des rencontres d’information et d’écoute initiées à l’endroit des populations sur toute l’étendue du territoire national.

« C’est pour nous l’occasion de reconnaitre le leadership du président de la République du fait qu’il aurait pu promulguer cette constitution étant donné que l’ancienne constitution en son article 144, autorisait l’hémicycle à 4/5 à procéder à sa révision. De même associer les chefs traditionnels et les groupes organisés à ces rencontres d’information et d’écoute des populations rends plus inclusive cette démarche », indique l’organisation dans sa déclaration liminaire.

Pour cette entité fédératrice des entreprises de moins de 10 ans d’existence, détenues par les jeunes et femmes de moins de 50 ans, le chef de l’Etat a bien fait de demander à l’Assemblée de prendre en compte les contributions de tous les acteurs concernés pour enrichir la constitution.La Confédération des Juniors Entreprises Entreprises du Togo (CJET) a organisé une rencontre d’échange ce mercredi 10 avril 2024 à Lomé.

« Quand on est dirigeant, il y a des décisions à prendre tous les jours certains sont faciles d’autres moins, et il faut une certaine hauteur pour laisser les propositions des uns et des autres enrichir vos décisions même les plus difficiles, cette oreille attentive démontre notre aspiration à accomplir des réalisations majeures et bénéfiques. Nous  espérons que cette nouvelle constitution votée pourrait permettre aux citoyens d’aller de l’avant, que tous les acteurs épris du développement de notre pays pourront apporter leur contribution pour l’enrichir  parce que, in fine, le citoyen togolais veut juste la paix et le développement », a-t-elle lancé.

De ce fait, l’organisation fait des propositions et demande humblement qu’elles soient prises en compte pour, dit-elle améliorer la nouvelle constitution.

« Le dernier recensement a montré que la majorité (près de 70 %) de la population a moins de 30 ans et donc est jeune. Nous trouvons qu’il est essentiel que le fauteuil du président de la République puisse être convoité à déjà 35 ans parce que 50 ans exclurait les plus jeunes pourtant capables de diriger notre pays. Nous proposons également d’aller à deux mandats non renouvelables pour que les citoyens s’habituent à leur président et que ce dernier puisse s’imprégner des dossiers du pays. De même pour le président du conseil, nous estimons que 40 ans c’est trop. Pour un jeune de 25 ans, il peut déjà se préparer pendant 5 ans pour qu’en 30 ans, il puisse prétendre occuper ce poste. Enfin, nous avons souhaité être représentés au conseil économique et social parce que c’est là où se joue le destin du secteur privé en lien avec les décisions qui concernent les opérateurs économiques que nous sommes », a-t-elle émis.

La CJET a de même appelé tous les acteurs à œuvrer pour que les élections législatives et régionales du 29 avril prochain se déroulent dans la paix et la quiétude.

« Nous rentrons bientôt en campagne électorale à l’issue de laquelle les citoyens seront convoqués pour exprimer leur voix. Nous invitons les acteurs politiques, la jeunesse et les autres citoyens à contribuer à la préservation de la paix. Qu’on soit d’accord ou en désaccord avec la nouvelle constitution, le Togo c’est notre pays et nous devons préserver à tout prix la paix. Nous invitons les juniors entreprises et les autres acteurs à contribuer dans le sens des élections paisibles », a déclaré Medissa Sama, présidente de la Confédération des Juniors Entreprises du Togo.

Lire aussi: Révision constitutionnelle: Me Afangbedji, Me Degli et Dr Gada saluent l’initiative

La Confédération des Juniors Entreprises Entreprises du Togo (CJET) a organisé une rencontre d’échange ce mercredi 10 avril 2024 à Lomé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page