POLITIQUE

Elections: Faure Gnassingbé appelle à la culture des valeurs de paix et de non-violence

Faure Gnassingbé a présidé lundi à Kara la cérémonie de clôture du 2è congrès statutaire du parti Union pour la République (UNIR, au pouvoir). Dans son discours, le président de ce parti a abordé les élections législatives et régionales du 20 avril prochain. M. Gnassingbé a souligné l’importance de la paix, de la tolérance et de la non-violence et instruit les délégués du parti à garantir ces valeurs lors de ces échéances électorales.

A la clôture du congrès, Faure Gnassingbé a affirmé que UNIR veut des victoires électorales mais il est de sa responsabilité première d’organiser des élections dans la paix et la sécurité.

« Sinon, la victoire n’aurait pas le même goût. J’allais dire, on ne pourrait pas être satisfait d’une victoire qu’on acquiert, alors qu’on enterre des morts. Nos frères et sœurs militaires se battent pour préserver cette paix et défendre notre territoire, et nous ferons tout, ils feront tout, pour que nous puissions faire campagne partout dans la paix et dans la sécurité. Le gouvernement y travaille », a-t-il indiqué.

Dans la même veine, M. Gnassingbé a indiqué que la charité bien ordonnée doit commencer par soi-même. Il a alors invité les militants de son parti à faire taire les divisions et à travailler main dans la main pour l’intérêt du parti et pour la nation toute entière.

« Nous allons vers les populations pour demander leur suffrage, pour qu’elles nous relèvent de leur confiance. C’est le pacte que nous avions avec elles. Aujourd’hui, cette confiance, nous avons besoin de la ressentir à travers des urnes et des résultats, parce que nous avons besoin de cette confiance pour faire face à la menace terroriste, pour faire face à la crise économique, pour faire face à l’extrémisme violent, à tous les problèmes que nous affrontons. Cette confiance est indispensable, parce que c’est elle qui va nous donner des institutions fortes et donc un État solide, un État qui est juste, un État qui a de l’autorité, parce que la légitimité aura été renouvelée par les populations », a-t-il ajouté.

Le président du parti UNIR invite ceux qui ne seront retenus comme candidats à ne pas s’énerver mais à rester unis derrière le parti pour la victoire.

« Il y aura des déceptions, de la tristesse et ne comptez pas sur moi que je prétende que mes choix seront parfaits pour le parti. Nous pourrons nous tromper parce que nous sommes des hommes, mais nous comptons sur ce qui fait notre force. Et vous le dites, quand on est uni, on est fort. C’est cette union, c’est cette unité, c’est cette force qui peut compenser la faiblesse ou les imperfections des choix que nous pouvons opérer », a-t-il laissé entendre.

Les travaux du congrès ont permis aux 1 500 délégués de faire l’analyse approfondie du climat sociopolitique, de tirer des leçons des forces et faiblesses de l’organisation et du fonctionnement des structures durant ces 12 premières années d’existence, de définir pour l’avenir des orientations basées sur l’expérience et sur l’idée politique fondatrice du parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page