ACTUALITÉPOLITIQUE

Révision constitutionnelle: la tournée de consultation des populations démarre

L’Assemblée nationale a entamé lundi sa tournée d’information et d’écoute des populations sur la révision de la Constitution togolaise. L’initiative fait suite à la demande de relecture du texte par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en vue de tenir compte de toutes les contributions pour enrichir la Constitution.

La tournée d’information et d’écoute a réuni essentiellement les chefs traditionnels et les groupes organisés. Elle a démarré dans plusieurs préfectures dont celle du Golfe, Kéran, Tchamba et Wawa. Partout où les délégations de l’Assemblée nationale sont allées, les participants ont été entretenus sur le nouveau régime adopté notamment ses avantages et inconvénients. A leur tour,  les participants ont fait part de leurs préoccupations et contributions en vue d’enrichir la Constitution.

Dans le Golfe, le président de l’Université de Lomé s’est appesanti sur la définition de la constitution, le bien-fondé et la nécessité d’un régime politique, son adaptation et l’urgence de le faire évoluer selon la situation politique. Prof Adama Kpodar a saisi l’occasion pour relever les avantages d’un régime parlementaire.

« Ce régime est fondé sur la légitimité populaire, notamment l’arbitrage du peuple. Il force à la collaboration et à la cohésion, obligeant très souvent à une alliance ou à une coalition à la représentation nationale. Il permet d’aborder le futur avec beaucoup plus de sérénité. C’est un régime de l’efficience gouvernementale, au point où les ministres doivent obligatoirement produire les résultats qu’on attend d’eux, au risque de se faire relever de leur fonction », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est de l’inconvénient de ce régime, le député Innocent Kagbara a indiqué qu’il réside dans « le mouvement d’humeur » à l’Assemblée qui pourrait être à l’origine d’un vote abusif et conduire à la destitution de l’autorité.

« Ces échanges nous ont permis de bien comprendre ce qu’est un régime parlementaire, de comprendre exactement la différence, sinon la nuance qui existe entre le régime parlementaire et le régime semi-présidentiel. C’est vrai qu’il y a des avantages et inconvénient, mais après tout ce que nous avons eu comme information, nous pouvons dire que les avantages l’emportent sur l’inconvénient », a déclaré Simwai Hezouwè, membre du bureau national du mouvement des jeunes sans frontière pour le développement.

L’Assemblée nationale togolaise a entamé lundi sa tournée d’information et d’écoute des populations sur la révision constitutionnelle
Séance dans le Golfe

La cheffe de la délégation parlementaire, Ibrahima Mémounatou, 2è vice-présidente de l’Assemblée nationale a remercié les chefs traditionnels et les groupes organisés présents pour leur participation active au débat

« J’espère que nous avons su répondre à vos préoccupations. De toutes les manières vous pouvez toujours nous faire parvenir les questions restées en suspens. Nous avons énuméré les avantages d’un régime parlementaire et comme quelqu’un l’a dit tantôt, on ne peut que comparer deux choses. Essayons donc le régime parlementaire. Ce n’est pas un chemin sans issue. Si chemin faisant nous nous rendons compte que nous n’avons pas fait le bon choix, cette même constitution nous donne les moyens de revenir sur nos pas. Pour les pays que nous connaissons, ils n’ont que des profits en adoptant ce régime. Je sais compter sur vous, pour également répandre ce que vous avez écouté à ceux-là qui n’ont pas eu la chance d’être dans cette salle », a-t-elle indiqué.

A Tchamba, la délégation conduite par le président du groupe parlementaire UNIR, Atcholi Aklesso a mis en lumière quelques points importants qui ont motivé cette révision, notamment le souci d’offrir de meilleures conditions pour la stabilité de la nation pour poursuivre le processus de modernisation et développement dans l’intérêt des citoyens, et le renforcement de la représentativité des citoyens.

Pour Germaine Kouméalo Anaté, membre de la délégation, cette révision permettra de renforcer la démocratie participative et inclusive où chacun sera écouté, et la transparence dans la gouvernance.

« Avec cette nouvelle constitution, le président du Conseil qui est nanti des pouvoir clairs, viendra rendre compte à la représentation nationale que sont les députés, donc indirectement, les citoyens pourront effectivement avoir des comptes de la gestion de la vie quotidienne de la vie publique », a-t-elle expliqué.

Les participants ont salué l’initiative qui leur permet de mieux comprendre ce qui se passe.

« C’est une très bonne initiative d’associer la chefferie traditionnelle à la gestion des affaires du pays. Après les explications données il n’y a plus de confusion », a laissé entendre, Gouyagando Atcha, chef du canton d’Affem Boussou.

L’Assemblée nationale togolaise a entamé lundi sa tournée d’information et d’écoute des populations sur la révision constitutionnelle
Séance dans le Wawa

Dans le Wawa, la délégation parlementaire a expliqué aux chefs traditionnels et groupes sociopolitiques organisés le contenu et la nécessité de la révision constitutionnelle opérée par l’Assemblée nationale.

« En cette période de la vie nationale, marquée par de nombreux débats et prises de position d’acteurs politiques et de la société civile, liés à la révision de la Constitution, l’Assemblée nationale a jugé bon de parcourir toutes les localités du Togo pour expliquer la nécessité pour l’Assemblée nationale de valider cette révision, et écouter les avis des forces vives de la nation afin d’améliorer et d’enrichir la nouvelle loi fondamentale du pays avant sa promulgation », a expliqué le député Ihou.

A l’issue, les chefs traditionnels ont fait part de leur adhésion à cette révision constitutionnelle.

« Nous, chefs traditionnels de la préfecture de Wawa, soutenons cette révision constitutionnelle », a déclaré le président du conseil préfectoral des chefs traditionnels de la préfecture de Wawa, Togbui Koudzo Adjraku Folly IV

Dans la préfecture de la Kéran où les travaux ont été dirigés par Bernadette Legzim-Balouki, les échanges ont également permis aux uns et aux autres d’être suffisamment informés sur la portée de cette démarche des parlementaires. Il était question pour l’assistance d’être éclairée sur cette proposition de loi portant modification de la constitution déposée en décembre dernier par un groupe de députés. Il s’agit aussi d’informer les participants de la transmission de cette loi, introduite en mars dernier auprès du président de la République par la présidente de l’Assemblée nationale pour promulgation.

Lire aussi: Constitution: les députés en tournée de consultation dès ce lundi

L’Assemblée nationale togolaise a entamé lundi sa tournée d’information et d’écoute des populations sur la révision constitutionnelle
Séance dans la Kéran

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page