ACTUALITÉECONOMIE

Rose Mivedor s’entretient avec les femmes commerçantes des marchés de Lomé

Kayi Mivedor-Sambiani poursuit sa tournée de sensibilisation et d’échange avec les commerçantes des marchés du Grand Lomé. Après les commerçantes des marchés d’Adawlato, Atikpodzi, Abattoir, Nyekonakpoè, Hanoukope, Agbadahonou et Kodome, la ministre en charge du commerce s’est rendue lundi au port de pêche de Lomé et à Agoè où elle a échangé avec celles des marchés environnants.

Les échanges ont porté sur les comportements à adopter pour éviter des cas d’incendie dans les marchés, les actions initiées par le gouvernement pour le développement de leurs activités commerciales et les difficultés qu’elles rencontrent dans leurs différents marchés.

La tournée a commencé au port de pêche avec les présidentes des associations et groupements du port de pêche et des marchés de Kpogan, Baguida, Avepozo et Katanga pour finir au Centre culturel Loyola d’Agoè avec celles des marchés de Cacaveli, Legbassito, Sogbossito, Atsanve, Adjougba, Ahonkpè, Agoè-Assiyéyé et Nétime Djingble.

L’objectif pour la ministre du commerce, de l’artisanat et de la consommation locale est de renforcer la relation de partenariat avec les acteurs relevant de son  département et créer ainsi un cadre dynamique de réflexion multi-acteurs sur plusieurs sujets d’intérêts relatifs notamment au commerce, à l’artisanat et à la consommation locale.

« Aujourd’hui, c’est la seconde étape de la tournée que j’ai initiée avec les femmes commerçantes des marchés de Lomé pour toucher du doigt leurs réalités. Dans un premier temps, il y a eu une sensibilisation sur les attitudes et les mesures préventives contre les risques d’incendie. Après on a eu l’opportunité d’échanger avec elles sur tous les programmes du gouvernement en faveur de l’activité commerce. Et l’élément le plus important c’était de savoir comment elles ressentent dans leur quotidien l’impact positif des mesures gouvernementales. On a parlé du Fonds national de la finance inclusive, de l’assurance maladie universelle, de la formalisation de leurs activités et de l’obligation de payer des taxes », a indiqué Rose Mivedor-Sambiani.

Partout où la ministre en charge du commerce est passée, les participantes lui ont part de leurs préoccupations et difficultés quotidiennes dans les différents marchés. En réponse, elle leur a promis la poursuite des échanges pour que des solutions soient trouvées aux différents problèmes et que la croissance inclusive des citoyens voulue par le chef de l’Etat devienne une réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page