SOCIETE

Togo: 1er des pays réformateurs en matière de promotion de la femme en Afrique

Le rapport « Womem, Business and Law 2024 » (Femme, Entrepreneuriat et Droit) du Groupe de la Banque mondiale a été lancé vendredi à Lomé. La cérémonie a été co-présidée par le ministre, secrétaire général de la présidence togolaise, Sandra Ablamba Johnson, gouverneur de la Banque mondiale pour le Togo et Ousmane Diagana, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et du centre. Le lancement a été couplé de la célébration de la Journée internationale de la femme sur le thème « Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme ».

Le ministre, secrétaire général de la présidence, gouverneur de la Banque mondiale pour le Togo a salué l’engagement des femmes togolaises qui se sont illustrées au fil des années par leur dévouement et leur sens de responsabilité pour la noble cause de la promotion des droits de la femme et de l’égalité des sexes.

Le Rapport « Women, Business and Law » rendu public par la Banque mondiale le 5 mars dernier, se base sur une série d’études annuelles mesurant l’environnement favorable aux opportunités économiques des femmes dans 190 économies dont 34 africaines.

Le rapport part du principe que la participation égale des femmes et des hommes donnera à chaque économie une chance de réaliser son potentiel. Les politiques nationales pour l’égalité entre les femmes et les hommes doivent ainsi permet aux femmes de faire les meilleurs choix pour elles-mêmes, leurs familles et leurs communautés.

Selon les statistiques de ce rapport, le Togo a réalisé un progrès exceptionnel avec un score global de 97,5 sur 100, le plus élevé parmi les économies d’Afrique.

Le pays a atteint des scores parfaits (100 sur 100) dans presque tous les indicateurs mesurés notamment la mobilité, le lieu de travail, le salaire, le mariage, l’entrepreneuriat, les actifs et la pension.

Ce score global nettement supérieur à la moyenne régionale de l’Afrique subsaharienne estimé à 74,0 sur 100, positionne le Togo à la première place sur le continent et à la 19è au niveau mondial dans ses efforts pour éliminer les obstacles juridiques et réglementaires à l’emploi et à l’entrepreneuriat des femmes.

Cette performance qui indique l’absence de discrimination légale dans ces domaines, fait du Togo le premier pays africain réformateur en matière d’égalité de sexe. Ce nouveau sacre confirme une encore l’efficacité de la vision stratégique du Président de la République, Faure Gnassingbé en matière d’inclusion sociale.

Sandra Ablamba Johnson a, au nom du chef de l’Etat, exprimé sa gratitude au Groupe de la Banque mondiale pour son appui constant dans la mise en œuvre des réformes et des actions en faveur de l’amélioration des conditions des populations togolaises, qui fait de l’égalité du genre une de ses priorités.

M. Gnassingbé a fait de l’inclusion sa priorité comme le précise si bien l’axe 1 de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025 consacré au renforcement de l’inclusion sociale, économique et financière et à l’harmonie sociale.

« Le premier facteur d’accélération de l’adoption des réformes juridiques est la volonté politique au plus haut niveau, celle du Président de la République, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, qui a fait de l’égalité du genre, une de ses priorités » a indiqué Sandra Ablamba Johnson, ministre, Secrétaire général de la Présidence de la République, Gouverneur de la Banque mondiale pour le Togo » a indiqué Sandra Ablamba Johnson.

Elle a félicité les partenaires notamment la Banque mondiale pour leur accompagnement dans la mise en œuvre des politiques publiques au profit de la femme, conformément à la Feuille de route gouvernementale Togo 2025.

Le ministre, secrétaire général de la présidence a présenté les multiples actions idoines initiées par le chef de l’Etat qui font de la femme, un acteur clé du développement économique et social du pays.

Elle a adressé ses sincères remerciements à l’ensemble des acteurs qui ont contribué à ces résultats.

Le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique du centre et de l’ouest a félicité le Togo sous le leadership du chef de l’État pour tous les efforts en matière des droits des femme et l’égalité.

« Je voudrais féliciter le gouvernement togolais pour les importantes réformes entreprises au cours de ces dernières années pour promouvoir l’égalité des genres dans le pays. Ces importantes avancées ont permis au Togo de recueillir le score le plus élevé parmi les économies d’Afrique étudiés dans notre nouveau rapport, à savoir 97,5 points, faisant un bond de 15,6 points par rapport à l’année dernière. Il y a vraiment de quoi se réjouir en cette Journée Internationale de la Femme » a déclaré Ousmane Diagana.

A noter que le rapport passe au crible les lois et règlements des pays dans huit domaines qui influent la participation des femmes à la vie économique : mobilité, travail, rémunération, mariage, parentalité, entrepreneuriat, actifs et retraite.

Il fixe une nouvelle limite pour mesurer l’environnement de l’inclusion économique des femmes à travers trois piliers : les cadres juridiques, qui mesurent les lois ; les cadres d’appui, qui mesurent les mécanismes politiques de mise en œuvre des lois ; les opinions d’experts, qui mettent en lumière la perception qu’ont les experts des progrès obtenus par les femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page