ACTUALITÉSOCIETE

Togo: la production animale évolue de façon croissante

Au Togo, divers efforts sont déployés pour améliorer la production animale et renforcer le secteur agricole dans son ensemble. Les initiatives portent leurs fruits et les conditions de vie des acteurs s’améliorent dans le secteur.

Il existe des programmes d’amélioration génétique qui sont mis en place pour sélectionner et élever des races animales plus productives et mieux adaptées aux conditions locales. Le pays introduit souvent des races améliorées de bovins, de volailles, de chèvres, etc., qui sont plus résistantes aux maladies et produisent davantage de viande, de lait ou d’œufs.

Une autre stratégie adoptée pour doper la production animale dans le pays est la formation et la sensibilisation des éleveurs. On leur fournit des connaissances ainsi que des compétences techniques sur les pratiques d’élevage modernes, la nutrition animale, la santé animale, la reproduction, la gestion des pâturages, etc. Aussi, il y a un accès facilité aux intrants agricoles pour que les aliments des animaux soient beaucoup plus obtenus localement. Cela participe à l’optimisation de la santé et de la productivité des animaux.

Mais encore, de grands investissements sont réalisés dans l’infrastructure vétérinaire. Les autorités font construire et rénover des cliniques vétérinaires, des laboratoires d’analyse, des centres de vaccination. Ils préviennent les maladies animales.

La promotion de l’élevage durable, l’accès aux marchés et aux infrastructures de commercialisation, en plus de tous les efforts susmentionnés, font élever la production.

Selon les chiffres du gouvernement, c’est la principale région pourvoyeuse du Togo. Au cours de l’année 2023, on a produit dans cette région plus de 15,3 millions de têtes sur un total national de 45,4 millions. Pour ce qui est des volailles, la région a produit plus de 12,15 millions de volailles l’année passée, soit plus de trois fois le chiffre obtenu dans la région maritime.

Dans les Savanes, pour les volailles, un nombre de 8,22 millions de têtes a été obtenu et 5,56 millions de volailles dans la région centrale. Il y a aussi une évolution remarquable au niveau des petits ruminants, des porcins et des bovins, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page