ACTUALITÉSOCIETE

Togo: l’ONG CAFE veut prochainement 50% de femmes dans les instances locales

Les femmes maires du Togo ont été distinguées pour leur leadership en matière de management de leurs communes. L’ONG Cercle d’Aide Femme-Enfant (CAFE) leur a remis des prix vendredi dernier à Lomé. C’était au cours d’une cérémonie honorifique, de partage d’expériences et de dialogue intergénérationnel.

L’initiative s’inscrit dans le cadre du projet « Consolidation, renforcement de militantisme et l’efficacité des femmes dans la gouvernance locale », financé par le Fonds de développement pour la Femme Africaine (AWDF) pour contribuer à l’atteinte de l’ODD5 et répondre aux attentes du Plan national de développement (PND) et la Feuille de route gouvernementale 2025.

Selon la directrice exécutive de l’ONG CAFE, Sonia Mokpokpo DOSSEH, elle fait suite au constat selon lequel sur les 117 communes du Togo, seules 12 sont dirigées par les femmes, soit moins de 10%. Ce qui n’est pas bien pour une population qui est en majorité composée des femmes.

«  Nous voulons donc valoriser ces femmes maires à travers cette séance de partage d’expériences et cérémonie de remise de distinction honorifique pour que la jeune génération puisse avoir la motivation de leur emboiter le pas et pour qu’aux prochaines mandatures nous puissions avoir au moins 50% de femmes dans les instances locales », a indiqué Sonia Mokpokpo Dosseh.

Les maires d’Agoè-Nyivé 5, Afiwa Enyonam Gbozo, de Zio 2, Adjo Agbaglo, d’Est-Mono 3, Massan Djifa Kodjo-Bakpe, de Doufelgou 3, Abla Yassim, de Kozah 2, Kossiwa Kabiya, d’Oti 2, Yentroulengue Ladani, de Dankpen 2, Nare Tanma Tittora, de Doufelgou 2, Touni Koubonou, d’Assoli 2, N’na Kpelafia et de Sotouboua 2, Padamilim Agbada ont ainsi chacune partagé avec les jeunes filles présentes leurs riches parcours jusqu’à leur élection en tant que maire ainsi que les projets phares qu’elles ont  réalisés pour le développement de leurs communes.

Mais avant, elles ont eu droit dans la matinée à une formation sur le management des communes et la mobilisation des ressources.

« Il y a des études que nous avons réalisées qui relèvent que les femmes dans les sphères de prise de décision permettent une inclusion totale des besoins des hommes comme des femmes. Nous  remercions le gouvernement pour tout ce qu’il fait pour favoriser la représentativité des femmes. Toutefois, à l’ONG CAFE, nous constatons qu’il faut sensibiliser les femmes sur leur participation à la vie publique et politique et renforcer également leurs capacités pour qu’au moment où elles seront dans les instances de prise de décision, elles puissent jouer valablement leur rôle sans défaut », a expliqué Mme DOSSEH.

La directrice du genre et des droits de la femme au ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Abide KPEMSI a salué cet engagement sans faille de l’ONG CAFE en faveur de l’autonomisation des femmes. Pour elle, cette activité témoigne une fois encore de l’intérêt que cette organisation accorde aux questions de la femme et des filles du Togo.

« La présente rencontre trouve son importance dans la pertinence de son thème qui rime bien avec le thème national de la célébration de la journée du 8 mars : investir en faveur des femmes : renforcer l’inclusion financière et la participation des femmes à la vie publique et politique, qui vise l’émancipation de la femme, aussi bien en termes d’autonomisation financière qu’en termes de participation à la gestion de la cité. La promotion de la participation des femmes à la prise de décision à tous les niveaux est une étape indispensable à tout développement qui se veut inclusif et durable », a-t-elle laissé entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page